Amita A Ecrit

Le monde du silence – Prologue

Hello,

 

Voilà, Le Monde du silence c’est un projet sur lequel je bosse depuis longtemps, je l’ai souvent abandonné mais j’y reviens sans cesse et aujourd’hui je le partage enfin, pour la première fois depuis presque 5 ou 6 ans.

J’ai une passion assez inexplicable pour l’océan, le monde marin, les villes portuaires…. Et je me suis beaucoup « inspiré » des animés et notamment de Ponyo sur la falaise, mais aussi d’un jeu vidéo qui s’appelle Eternal sonata et un peu du style de La Rivière à l’envers. Voilà, c’est vraiment ça que je veux écrire, un récit magique où la réalité et le fantastique se mêle, un récit doux et tendre sur la vie, un récit pour enfants peut-être aussi. Un récit qu’on a du mal à situer dans le réel, que ce soit en terme de lieu, d’espace ou d’événement et pourtant on ne peut pas croire que ça ne soit que de la fiction.

xWwatAy.jpg

 

Papa voyageait beaucoup, j’ai souvenir de toutes ces nuits passées à l’attendre, ces moments où j’avais peur de ne jamais le revoir, ces au-revoirs qui pouvaient toujours être les derniers, et puis, je me souviens des moments où il revenait, des bisous, des crêpes et des gâteaux de maman pour fêter son retour. Et des surprises qu’il m’apportait.

Mais ce que je préférais, c’étaient toutes les histoires qu’il avait à raconter, ces merveilles et ces légendes peuplées de créatures et d’êtres remarquables !

Papa travaillait sur un bateau, le « Aurita ». C’est le nom d’une méduse.

Papa aimait beaucoup les méduses, il y avait des tas de photos de méduses et d’autres poissons dans son bureau, on avait même un aquarium, et maman râlait toujours parce que c’était à elle de s’en occuper alors que c’était papa qui l’avait voulu. Mais au fond, je sais qu’elle aimait bien s’en occuper, des poissons de papa, ça lui rappelait son sourire, et ses yeux émeraudes qui pétillaient toujours, ça lui rappelait sa voix rassurante et son étreinte protectrice.

Ça lui rappelait papa.

Moi aussi j’aimais beaucoup ses poissons, il y avait une douzaine de Guppy, neuf femelles et trois mâles, ils étaient multicolores et j’adorais les regarder justement pour ça, on aurait dit des bouts d’arc-en-ciel qui se dispersaient dans l’eau.

Je les aimais tous beaucoup, mais ceux que je préférais, c’étaient les poissons-clowns de papa, ils était deux, un petit couple, accompagné de leur anémone, j’ai toujours aimé le fait qu’ils aient besoin l’un de l’autre.

Il y avait Galadriel, le mâle, Mélopine, la femelle, et Esmée, l’anémone.

Elle était belle, elle me faisait penser à maman, avec ses cheveux qui volaient toujours au rythme de la nage des poissons, et je crois que maman l’aimais bien aussi, elle disait toujours que l’anémone protégeait Galadriel et Mélopine. Je crois que maman imaginait que papa et elle, c’était un peu comme le couple de poisson.

Et alors, moi je m’imaginais toujours comme l’anémone, cette petite créature douce et fragile, mais qui unit et protège les deux poissons. Et qui a besoin d’eux autant qu’ils ont besoin d’elle. 

Quand papa partait, on ne savait jamais quand il rentrerait, mais chaque matin, je me levais très tôt et je regardais par la fenêtre, au loin. On voyait l’océan, qui engloutissait le monde, et j’espérais toujours voir mon père le dominer, je voulais le voir debout sur les vagues, le regard fier et le sourire des jours heureux, et l’entendre crier «Cordélia ! Rejoins moi ! »

Mais chaque matin je regardais le bleu intense de l’eau et les reflets du soleil matinal et je ne voyais que l’ombre des bateaux qui rentraient, mais jamais le sien.

Et puis chaque soir, j’y retournais, observant l’océan dans la lumière déclinante du jour, avec ce fol espoir toujours collé au cœur.

Papa m’a dit un jour que les poissons clown ont besoin de vivre en couple, ça m’a rappelé ce drôle de dessin animé avec des poissons, et la maman qui meurt, et puis, ça m’a rappelait mon papa.

Je n’ai jamais vu papa dompter l’océan, debout sur les vagues, en hurlant mon prénom.

C’est l’océan qui l’a engloutit.

 

_________

 

Amita

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s