Les heures rouges – Leni Zumas

CVT_Les-heures-rouges_9555

Résumé : États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, quatre femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. 

————————————

L’intrigue se situe dans un futur proche, aux États-Unis, après l’arrivée d’un nouveau président, jamais cité mais dont le nom résonne clairement dans nos têtes : Donald Trump. C’est sur le traitement qu’il réserve aux femmes que l’autrice se concentre. Car bien qu’en 2018 n’oublions pas que les droits que nous avons sont loin d’être suffisants mais pire, n’oublions pas que beaucoup de femmes dans le monde n’en ont même pas la moitié !

Ce livre peut donc faire explicitement référence aux jours à venir qui s’annoncent pour les USA mais également, et de façon plus subtile, à bon nombre de pays moins développés où les femmes ne sont que des objets, des ombres.

J’ai trouvé l’intrigue très bien menée et à travers le destin de ces femmes, qui ont toutes un rapport quelconque à ces nouvelles lois, l’autrice évoque le féminisme. Le livre joue avec les clichés, les stéréotypes sur les femmes et apporte une réflexion sur le féminisme pas tout à fait nouvelle mais toutefois très bien amenée.

Le roman n’a aucune intention extrême, il raconte une histoire de femmes, une histoire fictionnelle qui pourtant a pu se passer il y a quelques années en France et pourrait se passer bientôt aux USA ; Une histoire qui, peut-être, se passe tous les jours dans certains pays.

Nous suivons la vie de quatre femmes, chacune d’elle a un rapport différent à cette nouvelle Amérique qui se dessine. L’une d’elle cherche à adopter à tous prix et rencontre des difficultés, l’autre est recluse et traitées de sorcières, une autre encore cherche désespérément à avorter. La dernière est la seule qui n’a pas un aspect « criminel » par rapport à ces nouvelles législations, elle a une vie parfaite : un mari, deux enfants, une maison, aucun problème avec la justice. Et pourtant, elle reste aussi malheureuse que les trois autres, si ce n’est plus. Avec le personnage de l’épouse, l’autrice nous montre que le bonheur ne réside pas dans les attentes que les autres ont de nous ni dans une belle image de notre vie. Et au travers de l’épouse, on va prendre conscience de tous les clichés sexistes qui peuvent perdurer, de toutes les attentes qu’on a pour une femme, de toute la pression et la tristesse qui peut en résulter.

Les personnages féminins sur lesquels on se concentre sont très souvent désignés par un qualificatif, et non par un prénom : La fille, l’épouse, la biographe, la guérisseuse. Comme pour leur enlever encore une part de leur identité et accentuer la domination patriarcale ou bien, au contraire, c’est pour mettre en valeur le côté universelle de leur situation, ces femmes sont toutes les femmes. Dans les deux cas le résultat est brillant.

D’ailleurs toujours dans une vision d’analyse sémantiques du lexique, le titre « Les Heures Rouges » ne peut-il pas faire référence à la période des règles qui est ce qui relie toutes les femmes en tant qu’être féminin ? Ou bien le rouge signifie le malheur, la peur, et ainsi les heures rouges sont les sombres moments qui attendent les femmes à qui les droits sont retirés.

Enfin, pour terminer les analyses, vous aurez sans doute remarqué que la couverture représente un vagin stylisé. Ce qui pourrait donc corroborer ma théorie sur le titre faisant référence aux règles.

Le style de Leni Zumas est assez particulier, des phrases parfois très courtes et sans rapports apparent les unes avec les autres. Des idées très folles, parfois irréalistes. Un style qui tient parfois de l’absurde. Et pourtant ce style décalé confère une certaine poésie à son récit.

Pris entre le récit futuriste et l’essai contemporain nous ne savons pas trop, en refermant le livre, si nous devons nous sentir rassurée ou avoir peur.

Pour résumer, j’ai passé un très bon moment dans ce livre. Les personnages m’ont captivé et m’ont beaucoup fait réfléchir, chacun à leur façon. L’intrigue est très bien menée, très prenante et sert à merveille la réflexion de l’autrice. Une réflexion qui est très bien expliquée, sans être moralisatrice ou extrémiste. Un style qui peut déconcerter au début mais qui devient très vite vecteur des idées proposées. En somme, un très bon ouvrage de cette rentrée littéraire, un ouvrage à lire absolument pour notre futur à tous.

 

Amita

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose à dire, ou juste par amour pour les mots. La lecture c'est toute ma vie, ça et ma famille (mes trois sœurs d'amour pour qui je donnerai n'importe quoi) mon amoureux et mes supers copines (Manon, Marie et Victoire) C'est grâce à ces personnes que ma vie est ce qu'elle est. Merci.
Cet article, publié dans Amita A Aimé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s