[Greenita] Végétariens, le vrai du faux – Anne Jankéliowitch

Bonjour,

 

Je vous retrouve avec un ouvrage un peu particulier. Cela fait très peu de temps que j’ai commencé à lire des livres non-fictifs, des essais ou des livres un peu moins scientifiques sur des sujets un peu variés et qui ne sont pas des romans. Par conséquent je commence à intégrer ces lectures à mon blog aussi car ce sont des lectures très enrichissantes et épanouissantes et j’ai envie de partager cela.

Vous allez donc prochainement retrouver (je pense) des critiques sur des ouvrages concernant le bouddhisme, la sagesse hawaïenne, le traitement des animaux ou encore le zéro déchet (je prends d’ailleurs toutes les suggestions d’ouvrages ou de pratiques)

A ce sujet, je pense créer une catégories toute spéciale pour les question du traitement des animaux, du végétarisme, de l’écologie et du zéro déchets. Ça sortira un peu du cadre des livres mais je commence vraiment à m’y intéresser (et à travers les livres en plus)

Dites-moi si ça vous plait ou non et quel est votre avis sur ces différents sujets ainsi que sur mon idée d’ouverture d’horizon pour le blog.

Pour inaugurer cette catégorie, je vais commencer par ce tout petit ouvrage !

51pL9MC3pGL._SX195_.jpg

 

Ce tout petit livre de 167 pages vous donnera les clefs de départ pour devenir végétarien (ou flexitariste – à savoir végétarien à temps partiels : c’est-à-dire manger de la viande et/ou du poisson de temps en temps, réduire sa consommation en somme et prendre des produits responsables)

Ce livre aborde les points importants et les questions fréquentes concernant le végétarisme avec beaucoup d’efficacité et de simplicité. Cependant, il n’entre pas assez dans les détails, pour plus d’informations sur un des points évoqués, il vous faudra vous diriger vers un autre livre, plus spécialisé (sur la santé, les carences, le respect des animaux, le végétarisme chez la femme enceinte pour ne citer que ces thèmes-là)

Le livre commence par une introduction assez courte mais très intéressante. Je tiens à souligner que ce livre aborde beaucoup d’aspects, certains avec plus de simplicité que d’autres, mais il est très compréhensible dans l’ensemble. Le seul bémol reste la fragile construction littéraire, les phrases sont trop longues et se perdent parfois. On peut également ne retrouver qu’une succession de chiffres, de statistiques et de mesures durant tout un paragraphe, ce qui peut avoir tendance à nous égarer.

Mais de manière générale c’est un très bon ouvrage sur le sujet. Très simple pour débuter et poser les bases.

Nous retrouvons ensuite une partie historique. L’autrice explique qu’on ne peut pas justifier le végétarisme en regardant nos ancêtres. A toutes les époques, l’homme a été omnivore, pouvant ainsi se nourrir de graines, de fruits, de carcasses d’animaux morts et par la suite d’animaux chassés.

Cependant, d’autres études, qui se basent sur notre physionomie, tendent à prouver que notre corps est plutôt celui d’un végétarien que d’un carnivore : dents pour mâcher plus que pour arracher, canines peu pointues, absence de griffes, pas d’aptitudes particulières pour la course, pas d’odorat ou d’ouïe suffisamment puissants…

C’est donc un début tout à fait nuancé. Et tout le livre marchera sur cette ligne directrice. A savoir que l’autrice nous apporte des études, des chiffres, des faits mais nous explique aussi que le régime végétarien, bien qu’apparemment plus sain et plus respectueux de l’environnement et des animaux, n’est pas parfait non plus.

Anne Jankéliowitch est constamment dans la nuance. A chaque fin de chapitre elle reprend intelligemment les points évoqués et nuance son propos : Oui, c’est bien pour telles raisons, mais attention il faut aussi prendre ceci et cela en compte.

Finalement un autre point très intéressant c’est que l’ouvrage n’est absolument pas moralisateur et n’a pas pour but de faire culpabiliser qui que ce soit. A aucun moment elle ne nous dit : Manger de la viande c’est le MAL ! Ou encore : il faut être un vegan irréprochable ! Non, elle nous explique des faits, nous rassure, nous apporte des clefs et nous précise que chacun avance à son rythme, trace sa route à sa manière. Ce sont vos croyances, vos convictions. Vous devenez (ou non) végétariens pour les raisons que vous choisissez (éthiques, morales, politiques, religieuses, médicales) et vous avancez à votre rythme dans votre démarche. Faire un petit pas, c’est déjà faire un pas.

Enfin, on arrive au cœur du sujet : pourquoi être végétarien.

Elle y aborde plusieurs points : santé, environnement, respect des animaux, lutte contre la faim dans le monde… En apportant à chaque fois des idées et des études pour approfondir et débattre sur chaque point.

En effet, il semblerait qu’avec un régime végétarien, les risques de cancers, de maladies cardio-vasculaires, de diabète et d’obésité soient bien moins importants.

Elle précise quand même qu’il y a d’autres facteurs à prendre en compte : vos gênes, votre environnement, votre pratique du sport, si vous fumez, buvez….

Le régime végétarien aurait également moins d’impacts négatifs sur l’environnement et évidemment (mais ce point semble logique) serait plus respectueux des animaux.

Pour en savoir plus et être mieux informés je vous conseille de lire le livre et de compléter ensuite si un point en particulier vous intrigue.

Elle parle ensuite brièvement des raisons pour lesquelles nous ne sommes pas végétarien. C’est un passage tout à fait intéressant qui m’a appris à me cerner. A comprendre en effet ce qui me gênait et pouvait être source d’obstacle.

Ça peut être le goût de la viande que l’on aime, la peur de s’écarter des pratiques sociales ou bien la peur de la réaction des autres. On peut également trouver la démarche compliqué (à tort) et se sentir dépasser.

D’ailleurs elle rappelle qu’il est très mal venu de juger les autres, que ce soit les végétariens ou les « omnivores » et que, de même, il est mal venu de pousser les autres à adopter vos pratiques ou vos convictions.

Le chapitre suivant m’a malheureusement un peu déçue. C’est un chapitre sur « qui sont les végétariens » je ne l’ai pas trouvé nécessaire, ni même très instructif. Elle y explique qu’en moyenne, les végétariens le deviennent vers la vingtaine et sont issus d’un milieu social favorable avec un niveau d’études élevé et ont des revenus moyens. De plus, elle ajoute que les végétariens « votent à gauche »

Personnellement je pense que cette dernière phrase perpétue le clivage gauche/droite et surtout ancre l’idée que les écologistes sont forcement à gauche. Pour moi, tous les partis politiques devraient être écologistes. Il est inconcevable qu’au XXIème siècle, il y ait encore besoin de faire une différence. L’écologie est un problème grave et tous les partis, tous les politiques devraient s’en soucier ! Cela ne devrait pas être un parti à part.

Mais ce qui m’a également chagriné c’est qu’elle énumère une sorte de norme. Ainsi le végétarien en devenir qui lira ces lignes et qui ne respectera pas les « critères » évoqués se sentira rejeté, exclu. Il pensera qu’il ne peut pas ou ne doit pas devenir végétarien.

Même si ses motivations sont autres en ajoutant ce chapitre à son livre, je crains qu’il puisse être mal interprété ou mal vu.

Pour revenir sur une note plus positive, après ce petit chapitre malencontreux, elle aborde les changements liés à ce nouveau régime alimentaire.

Elle y parle évidemment des carences et nous rassure sur ce point. Malheureusement j’ai trouvé le chapitre un peu compliqué et j’ai dû le compléter avec des vidéos documentaires et d’autres textes.

Le chapitre suivant, concernant les nutriments et comment tous les avoir dans son assiette, a été pour moi un réel soulagement. Beaucoup plus clair que le précédent et très complet, il m’a apporté beaucoup de clefs pour commencer. Je pense quand même qu’il est utile de le compléter avec d’autres lectures ou vidéos.

Anne Jankéliowitch s’attaque ensuite à une autre source de débats : les personnes qui peuvent ou non entreprendre ce régime alimentaire.

Elle y parle des femmes enceintes, des personnes âgées, athlètes, enfants… N’étant concernée, pour le moment, par aucun de ces cas, je suis passée rapidement dessus. Mais vous y trouverez votre compte et pourrez toujours compléter par d’autres ouvrages spécialisés.

Vous vous en doutez, elle aborde ensuite la question du bio et aussi du prix.  Beaucoup s’inquiètent de payer plus chers, mais finalement, étant donné que les végétariens n’achètent plus de viandes, les dépenses se stabilisent.

Concernant le bio et les commerces de proximité ou à circuits courts, elle préconise d’aller y acheter nos produits mais vous pouvez très bien trouver vos aliments végétariens dans votre supermarché habituel. Aucun jugement, aucune obligation. Elle apporte simplement des solutions et divers moyens d’atteindre son but.

Finalement, elle indique des ouvrages, associations, films, événements qui pourront vous aider dans votre démarche.  Vous pouvez ainsi retrouver le Jeudie Veggie, le Vegfest, l’Association Végétarienne de France (AVF), PETA, L214, WWF… Tout dépend de ce que vous cherchez et de l’engagement que vous désirez défendre.

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai été très convaincue par ce livre. Je le trouve complet, simple dans l’ensemble, pas moralisateur, convaincant et pourtant assez objectif.

 

 

Amita

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose à dire, ou juste par amour pour les mots. La lecture c'est toute ma vie, ça et ma famille (mes trois sœurs d'amour pour qui je donnerai n'importe quoi) mon amoureux et mes supers copines (Manon, Marie et Victoire) C'est grâce à ces personnes que ma vie est ce qu'elle est. Merci.
Cet article, publié dans Amita A Aimé, Greenita, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s