Carmilla – Joseph Sheridan Le Fanu (illustré par Isaella Mazzanti)

images

Carmilla est moins connu que Dracula et pourtant ce livre vampirique a 20 ans de plus que le célèbre roman pilier du genre et d’ailleurs Bram Stoker avouera avoir une dette envers Carmilla pour lui avoir inspiré deux trois choses.

Maintenant que vous savez à peu près dans quoi vous allez mettre les pieds, allons-y !

Ce livre est le livre parfait à lire pour la période d’Halloween, grâce à son ambiance et son style mais aussi aux dessins (je vous parle ici de la version illustrée) L’histoire est simple et on en devine même assez bien la fin, mais ce qui est intéressant c’est ce qu’on ressent en connaissant la fin, cette connaissance est mauvaise, elle nous plonge dans une horreur et un trouble encore plus grands. Et l’ambiance ajoute à ce sentiment grandissant de malaise comme si quelqu’un (un vampire en l’occurrence) se tenait au pied de notre lit.

Le cadre est typique des romans anglophones de 1800, un air un peu gothique, une ambiance sombre mais pas pour autant désagréable et des dessins qui renforcent ce style.

J’ai adoré cette ambiance un peu anglaise (mais ne vous y trompez pas, c’est irlandais) et gothique, on se sent à la fois confortablement installé et pas spécialement en sécurité en même temps.

Et c’est dans ce cadre que se déroule notre histoire, assez intrigante mais surtout intéressante par l’ambiance qu’elle crée et les sentiments qu’elle nous fait développer.

23421388_127238041291023_6272042241015939072_n(1).jpg

Image provenant de mon instagram, n’hésitez pas à allez voir ! https://www.instagram.com/amita_a_aime/

On se retrouve avec peu de personnages et seulement deux qui ont un prénom : Laura, l’héroïne (nommée seulement 2 fois) et Carmilla, dont le nom et le visage ne cessent de résonner, dans les dessins et dans le texte, on se rend vite compte que Carmilla est à la fois le début, la fin et le centre de cette histoire. Carmilla est un personnage ambiguë et vraiment intrigant et bien qu’on sache ce qu’elle est et ce qu’elle fait on reste dans une sorte de brume qui nous pousse à vouloir comprendre encore plus et même lorsqu’on a refermé le livre on n’est pas sur d’avoir compris, on regarde à deux fois avant de se coucher, seule dans une chambre qui nous paraît alors froide et vide, on ne dort plus sans une lumière, on sert notre coussin et on se demande. Car si on n’ pas eu toutes nos réponses, c’est peut-être qu’il n’y en pas… Et s’il n’y en pas, alors le trouble, les doutes et cette peur incohérente reviennent

J’exagère à peine quand je décris ces sentiments qui nous assaillent avec cette lecture.

Pour terminer j’évoquerai l’écriture et les dessins. Pour commencer par l’écriture, je l’ai trouvé très belle, aussi belle qu’une plume de 1800, une plume limpide et claire tout en étant distinguée et pure. Quant aux dessins, ils sont d’une beauté mystérieuse et ils participent entièrement à notre trouble et à créer cette ambiance brumeuse. Le tout offre une œuvre complète et magnifique.

Comme je l’ai dit, et je vais désormais m’expliquer, ce livre avec ses illustrations, est parfait pour la période d’Halloween, il vous baignera dans une ambiance sombre, une vie sans jour dans un château gothique, avec un mystérieux fléau qui sévit et qui ressemble fort à un vampire qui rode, il vous emmènera dans des légendes qui vous sembleront presque réelles, vous douterez de l’existence de cet être buveur de sang et vous serez transportez par la plume renforcée par les dessins qui vous offriront une perspective encore plus grande, une dimension supplémentaire de cette lecture. Vous aurez des moments de peur et de confusion et des moments de pure et simple satisfaction. Tout ceci, c’est ce que j’ai ressenti, et qui fait que pour moi, cette lecture a été parfaite à lire en ce début novembre, alors que la nuit nous assaille à 17h et que la pluie s’abat avec fracs sur les fenêtres, alors que mon thé fume encore à côté de moi et que les pages se tournent d’elle même.

Je vous souhaite de le lire et de le lire dans ce climat et d’apprécier cet ouvrage sa juste valeur.

 

Amita

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose à dire, ou juste par amour pour les mots. La lecture c'est toute ma vie, ça et ma famille (mes trois sœurs d'amour pour qui je donnerai n'importe quoi) mon amoureux et mes supers copines (Manon, Marie et Victoire) C'est grâce à ces personnes que ma vie est ce qu'elle est. Merci.
Cet article, publié dans Amita A Aimé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Carmilla – Joseph Sheridan Le Fanu (illustré par Isaella Mazzanti)

  1. Le dessin est particulier mais j’accroche pas mal de ce que je vois. À essayer ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s