Week-end à Strasbourg (28 au 31 octobre

Week-end à Strasbourg (28 au 31 octobre)

Ou le pays des Bretzels et de Noël !

Mon chéri, pour mes 20 ans, m’a offert un week-end de 4 jours dans cette ville que j’aime tant : Strasbourg ! Capitale européenne et ville mythique de Noël, c’est un peu ma ville doudou. J’aime l’architecture, la culture, la nourriture, le froid, les cigognes, la magie, l’histoire, j’aime tout à Strasbourg et en Alsace, mais surtout, j’adore le côté grande ville !

Je vous emmène donc avec moi, dans le département 67 pour une promenade au cœur de l’automne et pleine d’histoire et de culture !

Et encore un énorme merci à mon amoureux pour ce super week-end hors du temps, loin de tout, des cours, des impératifs, du stress, juste de l’amour et du bonheur (sous forme de bretzels!)

 

Jour 1 : Samedi 28 octobre

Nous sommes arrivés à la gare de Strasbourg vers 13h et avons directement pris le chemin de l’hôtel où nous avons juste posé nos affaires et sommes repartis aussitôt.

Direction le centre-ville, journée découverte de la ville.

Jour 1' (6)

Un magasin décoré pour Halloween et pour l’automne, adoraaable

Nous avons pu découvrir un centre-ville immense contenu entre des bras d’eau : en effet pour entrer dans le centre il faut franchir un pont et on sait qu’on en sort lorsqu’on franchit un autre pont. Donc au milieu, sorte d’île géante, se trouve le centre-ville de Strasbourg avec sa magnifique Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

Jour 1' (11).jpg

Cette cathédrale est un chef d’œuvre de l’art gothique, elle a été achevée en 1439 et mesure 142 mètres de haut ce qui fit d’elle l’édifice le plus élevé de toute la chrétienté jusqu’au XIX° siècle !

Cette cathédrale est magnifique et également unique en son genre, vous pouvez retrouvez toutes ses originalités dans les liens que je vous ajoute à la fin, pour compléter vos connaissances, mais je vais quant à moi vous parler d’une de ses particularité : elle n’a qu’une tour.

En effet, la seconde tour est manquante et une fois qu’on le sait on est un peu gêné… au début du moins. La construction a pris près de trois siècles, ayant commencé sur des bases déjà existantes, en 1015, elle était conçue sur le modèle de Notre-Dame de Pais, avec ses deux tours carrées, à la fin du XV° l’idée de la second tour à flèche fut abandonnée ou plutôt jamais aboutie… On peut avancer plusieurs raisons : économiques, style passé de mode, sol pas assez stable (elle est très haute, par conséquent aussi très lourde d’ailleurs un restaurateur nous a appris qu’on ne verra jamais la cathédrale sans travaux, il sont là quotidiennement pour la tenir en état)

Finalement, elle n’est pas terminée, et au début ça nous a beaucoup dérangé avec mon copain, elle nous semblait alors moins parfaite, pas terminée, presque bizarre mais je dirai désormais que cette petite originalité, c’est aussi ce qui en fait son charme, ce qui la différencie.

Bref, après ce petit exposé sur la cathédrale (et encore, ce n’est pas fini – voir jour3 et 4) je continue le récit de notre journée. Nous sommes donc entrés dans cette magnifique cathédrale et je peux assurer, comme bien d’autres avant moi, qu’elle est magnifique, grandiose et élégante à la fois ! Mais je préfère l’extérieur à l’intérieur !

Jour 1' (14)

Une petite partie de l’intérieur mais voyez déjà comme elle est belle

Nous avons ensuite découvert un autre bout du centre-ville puis nous nous sommes arrêtés dans un petit café espagnol, le Mi casa es tu casa, c’était très sympa, cette petite pause espagnole au cœur de l’Alsace.

Nous avons également fait un petit tour à La Petite France, LE quartier alsacien par excellence, pittoresque et presque romantique à mon goût c’est un quartier historique et traditionnel, on y retrouve les fameuses maisons à colombages datant du XVI et XVII° siècles ainsi que les toits pentus et greniers ouverts. Ce quartier tire son nom d’une maladie pas franchement glamour : la syphilis, en effet, ce sont les soldats français qui ont ramené cette maladie dans la ville, aussi appelé le mal français (vive la réputation…) et on les a alors mis en quarantaine dans des hospices dans ce quartier, qui en a gardé le nom très romantique de Petite France.

Jour 1 (22).jpg

Une rue de La Petite France

Et preuve que c’est un endroit romantique, le célèbre Goethe y a vécu un passionnel et intense amour avec la fille d’un pasteur. Et à mon tour j’y ai vécu l’amour et j’y ai connu la fougue de la liberté.

 

Je tiens aussi à préciser que sur le chemin de la Petite France nous avons visité un temple protestant car Strasbourg a une forte culture protestante ! En effet elle a été l’une des premières villes à appeler au protestantisme. Durant notre séjour se déroulait d’ailleurs « Protestants en fête » un festival pour petits et grands sur le protestantisme, cette année en plus on fêtit les 500 ans des 95 thèses de Luther, publiées le 31 octobre 1517.

Ils avaient d’ailleurs un petit âne en souvenir des pèlerinage

Jour 1 (2)

Puis nous avons fait un peu de shopping (DES GROSSES CHAUSSETTES DE NOEL!) et sommes rentrés à l’hôtel pour se reposer avant d’aller manger.

Enfin, le soir, nous avons mangé dans un petit restaurant sympathique mais sans plus puis nous sommes rentrés, fatigués de cette longue journée.

Jour 1 (36)

La cathédrale de nuit, c’est cadeau !

C’était une superbe première journée, j’ai adoré le style et la culture alsacienne et évidemment on a mangé beaucoup de bretzels ! C’était une première journée, certes venteuse, mais très agréable et la suite n’en a été que mieux (nous connaissions mieux l’endroit et avions moins de mal à se repérer)

 

Jour 2 : Dimanche 29 octobre

Aujourd’hui, dimanche, tous les magasins étaient fermés et il y avait assez peu d’activités, j’ai donc décidé que ce serait la journée détente et cocooning !

Le matin nous avons été à la piscine de l’hôtel pour profiter et se détendre un maximum. Après 2h de nage et de noyade nous avons pris la direction du centre-ville pour se trouver un petit truc à manger. IL PLEUVAIT et ça n’a fait que s’intensifier pendant deux bonnes heures. (Mais Strasbourg est belle sous tous les temps, selon mon œil amoureux)

Donc tout le monde était installé à l’intérieur, impossible d’avoir une place dans le peu d’endroits proposant des petits sandwichs. Nous avons finalement trouvé une boulangerie bio vraiment délicieuse, que je conseille si vous passez à Strasbourg : L’atelier 116 ! Ils nous ont servi des paninis jambon-mozzarella délicieux et énormissimes ! Que nous avons dû dégusté sous un abri bus après 35 minutes de recherches… En fait il n’y a aucun bar qui soit juste un bar, ils servent tous quelque chose à manger, on n’a donc fini par abandonner l’idée de trouver une terrasse (en même temps, ils veulent tous profiter du tourisme et se faire un maximum de bénéfices je peux comprendre mais bon, juste un café ça aurait été cool ! )

Nous avions prévu (enfin j’avais prévu, c’est moi l’organisatrice en chef du couple) j’avais donc prévu d’aller voir le campus universitaire et le parlement mais vu le temps pourri j’ai préféré inverser le programme d’aujourd’hui avec celui de demain et c’est ainsi que nous avons pris le tram direction Geispolsheim pour visiter le Musée du chocolat ! Le tram nous a arrêté à quelques minutes à pieds du musée ce qui nous a donné l’occasion de « visiter » de plus petites villes alsaciennes, notamment Illkirch Graffenstaden (hé, j’ai retenu le nom en entier!) et nous nous sommes un peu perdus sur le chemin mais nous avons fini par y arriver : LE MUSEE DU CHOCOLAT !

C’était chouette mais je m’attendais à mieux, je trouve que le site internet vend du rêve alors que le musée en lui-même vend surtout beaucoup de choses à des prix exorbitants ! L’entrée coûtait 9,50€ par personne avec une barquette de 4 chocolats offerts à déguster devant une vidéo explicative où un chocolatier nous apprend à déguster du chocolat en prenant en compte 7 critères : odeur, goût, façon dont ça fond, dont ça croque, intérieur… (je ne me souviens plus de tout…) et il nous apprend la différence entre ganache et praliné (je ne savais jamais différencier les deux et maintenant je sais que ce que j’aime c’est plutôt la ganache) Le praliné est fait à base d’amande ou de noisette on sent donc des morceaux croquants dedans (parfois du spéculoos) alors que la ganache c’est avec du beurre et de la crème (et d’autres ingrédients selon les envies : thé, alcool…) c’est plus crémeux et franchement délicieux !

Ensuite on traverse deux petits couloirs où on apprend l’histoire du chocolat ainsi que la manière de le cuisiner avec les différents instruments et ensuite on a droit de goûter des carreaux de chocolats (blond, blanc, lait, noir et aussi une pépite de cacao pur je crois, c’était très très amer) Et ensuite la visite est terminée et on peut confectionner son propre chocolat à partir d’une machine payante (alors que l’entrée était déjà plutôt chère) et on a une boutique merveilleuse mais un peu trop chère.

Pour moi qui raffole de chocolat c’était une expérience quand même fascinante, vraiment intéressante et agréable. Le site internet est juste vendeur et j’ai été prise au piège de ces tournures de phrases manipulatrices (haha) c’est tout de même un endroit que je recommande pour petits et grands !

Et puis nous sommes rentrés car nous étions fatigués et grelottants mais nous avons pris le temps de manger un petit bretzel quand même !

Et nous avons profité de l’hôtel et de ses joies encore un peu avant de prendre la direction du centre pour manger, nous cherchions encore un petit truc rapide et pas cher pour se faire un bon restaurant le lendemain mais comme ce midi, il était très difficile de trouver autre chose que des restaurants ou des kebabs ! Finalement nous avons trouvé un Subway dans une rue plutôt sombre et étroite, un peu perdu, et qui allait fermer à 20h40…

Ce que je retiendrai aussi de cette ville, donc, c’est son manque de snacks et de bars (juste bars) ce qui s’explique peut-être par le tourisme. Pourtant c’est la 2ème plus grande ville étudiante juste après Paris, nous avons donc été étonnés de ne pas voir plus de snacks ou bars (même dans le quartier étudiant, voir demain)

Jour 1 (26)

Le soleil qui se couche sur la Cathédrale

Jour 3 : Lundi 30 octobre

C’était notre moinniversaire, nos 3 ans et 5 mois (oui je suis niaise, et alors ?)

Aujourd’hui nous avions donc décidé de faire ce que nous n’avions pas pu faire la veille : direction le campus de l’Esplanade pour imaginer à quoi ressemblerait ma vie si j’allais en master là-bas.

Le trajet en tram était un peu long mais rien de bien méchant puis nous sommes arrivés sur ledit campus accompagné d’un grand soleil. Mais nous n’avons pas été comblé comme je l’aurai cru. Le campus est gigantesque mais il n’en est pas pour autant plus beau, il est même trop grand, on s’y sent seul et perdu. Et il est entouré de grands immeubles type HLM, on dirait que le campus lui-même s’est perdu.

Jour 3 (2)

Le bâtiment de droit

Je pense aussi qu’il nous aurait parut plus beau et plus vivant si on l’avait vu peuplé et non en période de vacances, enfin je pense.

Nous nous sommes toutefois approché des bâtiments d’informatique (pour monsieur) et de lettre (pour moi-même) ce dernier était particulièrement impressionnant, gigantesque et tout de verre vêtu.

Puis nous avons pris la direction de l’école de Journalisme, puisqu’il y a peu encore je pensais aller dans cette école. Elle se trouve enfermée entre deux bras de la rivière, sur une sorte de petite île, c’est très joli. L’école en elle-même est très jolie aussi, grande et en verre, elle est imposante et se trouve sur une petite place bordée de banc c’est vraiment charmant. Et je dois avouer que ça m’a fait bizarre de la voir en vrai après des années à en rêver (mais plus aujourd’hui)

Jour 3' (2).JPG

L’école de Journalisme

Nous avons ensuite décidé de partir direction le quartier Krutenau ou le quartier étudiant, en passant nous avons vu les cités U confondues avec les blocs juste derrière, j’ai trouvé le tout un peu déprimant, surtout qu’il n’y a vraiment pas grand chose autour, que ce soit pour boire, acheter, s’occuper ou manger.

Nous avons donc marché dans le quartier étudiant sans voir plus de bars ni de snacks, contrairement à ce que nous pensions. Le quartier est sympa, mignon mais sans plus je dois dire. Après il faut avouer que, poussés par la faim, nous avons été un peu vite dans notre exploration du quartier. Mais il paraît que ce quartier est plus nocturne que diurne, je suis tout de même étonnée de ne pas avoir vu de bars, même fermés (peut-être n’avons nous pas vu….)

D’ailleurs, en lisant des articles dessus, je me rends compte que nous avons dû passer dans une étroite partie du quartier et louper le plus important, je ne désire pas resté sur cette note négative, donc si des strasbourgeois passent pas là, dites moi tout ! Et d’ailleurs quand je retournerai à Strasbourg j’y repasserai pour mieux l’explorer. Car c’est quand même, parait-il, l’un des quartiers les plus importants, culturels et historiques. Et animés, parait-il.

Après cette balade nous nous sommes assis au centre-ville pour manger, place Kléber et ensuite nous avons acheter des billets pour un tour en bateau jusqu’au parlement et bien plus !

Jour 3' (6)

Si ça c’est pas une photo de carte postale !

Nous nous sommes rendus sur le pont A pour embarquer sur notre bateau et la visite a commencé, munis d’un casque sur les oreilles nous avons écouté les commentaires préenregistrés et je vais vous en faire un petit compte rendu car c’était vraiment très intéressant ! (et ça me permet de m’en souvenir moi aussi)

Nous sommes donc d’abord passé devant le musée historique de la ville de Strasbourg qui abritait avant les abattoirs, les petits cochons et vaches traversaient la ville pour venir jusqu’à ce bâtiment et les déchets, sang et autres étaient rejetés juste sous notre bateau.(Miam ! Mais vous allez voir, ça devient de plus en plus glamour, haha!)

Jour 3 (23).jpg

Puis nous avons vu (c’est purement anecdotique mais j’ai trouvé ça intéressant à mentionne) nous avons donc vu le pont du Corbeau ou pont des suppliciés car c’était ici que des mises à mort publiques étaient organisées, pour infanticide ou parricide, le coupable était enfermé dans une cage de fer et envoyé dans la rivière jusqu’à noyade. Je vous laisse vous en faire votre propre avis…

Jour 3 (24)

Nous avons aussi vu le bâtiment de la commanderie des chevaliers de Saint-Jean qui abrite aujourd’hui l’ENA, mais j’ai trouvé que ça faisait pensé à un livre de fantasy donc j’ai tenu à le noter, et puis le bâtiment est vraiment très beau !

Jour 3' (37).JPG

Autre petite anecdote, au 19ème siècle déjà le tram traversait une partie de la ville, il était alors tiré par des chevaux.

Nous avons aussi vu les locaux de la chaîne franco-allemande Arte (que de choses dans cette ville, on ne peut pas tout voir ni tout savoir)

 

 

Et ensuite nous sommes arrivés au fameux quartier européen qui regroupe le Parlement européen, le Palais de l’Europe et autres institutions européennes dont j’avoue n’avoir pas tout retenu.

Strasbourg a été nommée Capitale Européenne en 1949 parce qu’elle symbolisait les idéaux européens, à savoir la réconciliation des pays et le maintien de la paix, en effet grâce à sa culture franco-allemande et à des années de changements de nationalités, elle symbolise la parfait mélange recherchait par l’UE.

Je tiens aussi à vous montrer cette église absolument magnifique, c’est l’église Saint-Guillaume, elle a été choisie par les bateliers (Professionnel chargé de la conduite et de l’entretien des bâtiments de navigation intérieure. = définition du Larousse)

pour être leur église c’est pourquoi, au sommet vous pouvez apercevoir, sous le coq, une ancre marine. (Et vous devez commencer à savoir que j’adore la mer et tout ce qui y touche)

Jour 3 (1)

La balade a été plutôt longue, elle a duré 1h00 mais c’était tellement intéressant, je vous recommande de le faire si vous passer à Strasbourg et que vous voulez en apprendre davantage.

Ensuite, nous étions encore fatigués et le temps filant à toute vitesse, nous avons donc encore acheté des souvenirs (pour la famille cette fois) et avons regardé la cathédrale en soupirant, nous n’avions pas la force de monter les marches jusqu’à la très haute plate-forme ce soir, nous le ferons demain matin.

A la place nous avons encore un peu profité de la piscine de l’hôtel et puis nous nous sommes mis sur notre trente et un pour aller manger dans un bon restaurant, une délicieuse flamenkuche pour fêter notre week-end en amoureux dignement mais aussi pour notre moinniversaire haha ! Et je voulais que mon copain goûte à cette merveille qu’est la flamenkuche, pour lui faire partager un peu mon amour de l’Alsace.

J’avais repéré un petit restaurant sympa et au fumet délicieux à la Petite France, malheureusement il était complet, il s’est d’ailleurs vite avéré que tous les restaurant étaient complets, j’ai eu un peu (beaucoup) peur de ne rien trouver, ou du moins de ne pas avoir cette flamenkuche tant attendue !

Nous avons finalement trouvé un restaurant près de la cathédrale proposant des flamenkuches, il était très charmant et le repas était bon (pas la meilleure que j’ai mangé mais vraiment bonne) malheureusement le patron parlait très mal à ses serveuses et ce devant tous les clients, on sentait un énorme stress dans le restaurant, le patron autant que les pauvres serveuses réprimandées… Mais ensuite nous nous sommes fait un couple d’amis (notre premier couple d’amis – et adulte en plus!) c’était une rencontre enrichissante et vraiment agréable, notre dernier soir n’en a été que plus charmant !

Et puis minuit est arrivé et le sommeil aussi car demain je ne voulais louper aucune minute de ma dernière journée dans ce rêve !

 

Journée 4 : 31 octobre

Jour d’Halloween mais aussi et surtout notre dernier jour. J’étais triste de quitter cette ville que j’aime tant mais aussi de devoir retourner dans la vraie vie, penser aux cours, réviser, penser à l’argent, au loyer etc, penser à tout et prévoir tout.

Durant ces quatre jours nous étions dans une bulle où rien d’autres que nous, cette ville et les bretzels n’existaient et c’était magique. Pas de programme, pas de planning, pas de stress, pas d’argent qui manque….

Mais les bonnes choses ont une fin et elle ne serait pas si bonnes si elles duraient toujours.

Donc pour cette derrière journée nous avons voulu monter les 332 marches qui mènent à la plate-forme de la cathédrale, à 66 mètres de haut ! L’entrée coûtait 5€ et c’était parti pour monter un long escalier en colimaçon.

Jour 4 (3).jpg

Seulement voilà, j’ai le vertige…. La vue était donc somptueuse mais je n’ai pu en profiter que très peu tant j’avais peur, mes jambes flageolaient et je me sentais tomber, le sol rétrécissait sous mes pieds pour ne se résumer qu’à un cercle de la taille de mes bottes. Mais je vais vous en parler quand même, de cette vue à perte de vue, de ce sentiment de conquérir le monde (que je n’ai guère ressenti mais que j’imagine avec le recul, tout ce que je ressentais c’était cette peur qui enfle et gonfle dans mon ventre jusqu’à ma gorge pour éclater en sanglots)

Jour 4 (5).jpg

Au moment où les cloches ont sonné la demie nous étions là, tout près et avons entendu ce son qui résonne à des kilomètres, juste à côté de nous.

Et lorsque nous avons regardé, nous avons vu le monde sous nos pieds, la ville en bas qui s’étendait à perte de vue jusqu’au forêt, jusqu’au brouillard du néant. Lorsque nous avons porté notre regard nous avons eu le sentiment de voir ce que Dieu lui-même voyait, de voir l’humanité, dans toute sa globalité, dans ce qu’elle a de plus beau et de plus horrible tout à la fois.

Le pire pour moi a été le moment de redescendre ce terrible escalier en colimaçon vertigineux, heureusement que mon copain était là pour tenter de me raisonner. Et de m’apaiser.

Jour 4 (11).jpg

En attendant ça restera un souvenir tantôt mêlé de beauté et de grandeur, tantôt de tristesse et de peur. J’essaie pourtant encore et encore de vaincre ce vertige qui reste ma plus grande peur.

Jour 4 (39).jpg

Après cette mésaventure nous avons mangé un bout à L’atelier 116 puis avons décidé d’acheter les derniers souvenirs avant le départ, les moins encombrants.

J’ai d’ailleurs vu un magasin magique « Noël en Alsace » c’est le paradis et c’est une part de l’Alsace, à mes yeux. Ce magasin était très grand et vraiment merveilleux, il regorgeait de beauté et de merveilles ! Pour moi l’Alsace, peu importe la période, sentira toujours un peu Noël, toujours un peu la cannelle, l’amande, les épines de sapin et les flocons de neige

Et ensuite direction La Petite France pour un dernier tour au cœur de la beauté alsacienne, de l’histoire strasbourgeoise, de la culture franco-allemande. Un dernier tour dans ce havre de paix au nom et à l’aspect si romantique, au souvenir toujours doux et léger, à l’odeur salée d’une flamenkuche.

Au désir qui enfle dans ma poitrine, aux merveilles qui remplissent mes yeux, à ce paradis que je souhaite déjà retrouver, à tout ça je dis au revoir, et non pas adieu, car je sais qu’une partie de mon cœur réside ici et y résidera toujours.

Je sais que je peux paraître trop poétique pour être réaliste mais c’est pourtant ainsi que je le ressens, j’aime cette ville d’un amour que j’ai ressenti pour peu d’endroits. J’ai adoré Amsterdam de façon curieuse et aussi intéressée (par la culture comme par la beauté) et j’adore Londres pour sa culture et son style et puis il y a Biarritz et Saint-Jean de Luz que je porte dans mon cœur avec tous leurs rayons de soleil mais Strasbourg, c’est différent, j’en ai rêvé la nuit, j’en ai même rêvé éveillée. Cette ville me manque déjà, mon cœur se languit d’elle et bat dans sa direction.

Peut-être est-ce aussi dû à ce que j’y ai vécu et ressenti, à cette liberté que j’ai aperçu et même touché du doigts, à cet amour qui s’est intensifié, à ces merveilles que j’ai découvertes. Ou peut-être est-ce juste irrationnel, comme le sont souvent les passions.

Voilà déjà ce voyage-là qui s’achève et une part de moi qui est restée là bas, pourtant je tourne déjà mon regard vers de nouveaux horizons, vers des terres anglaises, vers une capitale et vers une foule agitée, une culture tout aussi importante et un univers toutefois très différent. Mais je n’oublie pas et je sais que je reviendrai et même je le promets car j’ai plus qu’aimé Strasbourg, j’ai ressenti Strasbourg, j’ai vécu Strasbourg, je me suis sentie strasbourgeoise pendant quelques jours, avant de retourner dans ma province natale qui me semble de plus en plus trop petite pour mes rêves et ambitions.

 

Je clos donc ce compte rendu de voyage mais je sais que très bientôt mon cœur va battre pour un nouveau voyage : Londres, une autre partie de moi. Et pourtant Strasbourg garde une place toute particulière et inexplicable.

 

 

Amita

 

Les liens utiles pour approfondir

Office du toruisme : la cathédrale → http://www.otstrasbourg.fr/fr/decouvrir/monuments-musees-et-autres-sites-a-visiter/les-incontournables/F223007269_la-cathedrale-notre-dame-strasbourg.html

En savori plus sur la cathédrale → http://www.rue89strasbourg.com/les-huit-immanquables-de-la-cathedrale-de-strasbourg-73464

La Petite France → http://www.otstrasbourg.fr/fr/decouvrir/monuments-musees-et-autres-sites-a-visiter/les-incontournables/F223007616_la-petite-france-strasbourg.html?produit=223007616

L’atelier 116 → https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g187075-d12225106-Reviews-L_Atelier_116-Strasbourg_Bas_Rhin_Grand_Est.html

Musée du chocolat → https://musee-du-chocolat.com/

Krutenau → http://www.otstrasbourg.fr/fr/decouvrir/monuments-musees-et-autres-sites-a-visiter/les-coups-de-coeur-fr/F223007618_la-krutenau-strasbourg.html

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose dire, ou juste par amour pour les mots. Je suis plutôt heureuse mais j'ai du mal à vivre, comme si je ne comprenais pas toujours la vie telle qu'il faut la vivre dans notre société actuelle. La lecture et l'écriture m'offrent alors deux échappatoires parfaites à ce monde, cette époque, et je me sens revivre.
Cet article, publié dans Chronique, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Week-end à Strasbourg (28 au 31 octobre

  1. Magnifique l’architecture, franchement. Je ne connais pas encore cette ville malheureusement, mais j’espère que cela changera un jour 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s