Le parfum des fraises sauvages – Angela Thirkell

51Z+mYqh8BL._SX195_.jpg

 

Résumé : L’auteure nous décrit la vie de la petite noblesse durant l’entre-deux-guerres en Angleterre. On y retrouve la famille Leslie à Rushwater House, charmante villa où va être invitée Mary Preston, modeste jeune fille, pour l’été. Son esprit romantique va être mis à rude épreuve avec le jeune et charmeur David Leslie, artiste de la famille.

 

Ma note : 15/20

 

C’est un livre très divertissant qui m’a tout de suite attirée et fait penser à l’été. Dans un premier temps, la couverture, elles sont toujours aussi belles chez 10/18, puis le titre avec les fameuses fraises (mon fruit préféré) et enfin le fait que l’histoire se passe durant l’été.

De plus, j’adore les romans qui se déroulent en Angleterre entre 1700 et 1950 (assez large me direz-vous mais j’aime le style Austen, bals et romance à l’ancienne), dans la noblesse, la bourgeoise, les bals, la romance, etc.

 

Le rapport avec le titre est assez léger mais lorsqu’on y réfléchit un peu plus il nous apparaît assez beau et romantique. Comme tout le roman finalement : léger mais beau.

J’ai cependant trouvé la fin un peu abrupte et franchement simpliste. J’aurai aimé 5 pages en plus juste pour avoir le ressenti des personnages sur la fin et peut-être savoir ce qu’ils allaient devenir. La fin est posée très simplement, les problèmes soulevés dans les deux chapitres précédents sont réglés en 10 pages et le point final est ainsi mis. Après tout ce temps passé avec eux, dans cette maison, au cœur de leurs histories, j’aurai aimé une fin un peu plus longue et romantique.

Il faut toutefois souligner que ce n’est pas de la grande littérature, la plume n’est pas incroyable, mais on s’y sent bien. L’auteure écrivait beaucoup pour subvenir à ses besoins, ses romans sont donc plus rapides et simples que fortement intellectuels et philosophiques. Cependant on passe un agréable moment, on rigole beaucoup et on est attendrit.

 

En effet, l’auteure dépeint avec humour et même cynisme les us et coutumes de la petite noblesse anglaise de l’entre-deux-guerres. On a affaire à des caricatures poussées mais très drôles ! J’ai particulièrement adoré Lady Emily et Agnès. Malgré leur côté caricatural, on s’y attache beaucoup pour la plupart et j’ai apprécié passer du temps en leur compagnie.

Pas de suspens, pas de rebondissements, mais un agréable moment au cœur de l’Angleterre : léger, doux et sucré.

 

Pour résumer, malgré la fin un peu rapide qui m’a ennuyée, le reste a été plaisant, un bon moment de détente et de rigolade passé avec ces charmants personnages. Dommage que le dernier goût soit amer.

Je recommande pour l’été !

 

Amita

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose dire, ou juste par amour pour les mots. Je suis plutôt heureuse mais j'ai du mal à vivre, comme si je ne comprenais pas toujours la vie telle qu'il faut la vivre dans notre société actuelle. La lecture et l'écriture m'offrent alors deux échappatoires parfaites à ce monde, cette époque, et je me sens revivre.
Cet article, publié dans Amita A Aimé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le parfum des fraises sauvages – Angela Thirkell

  1. Ping : Book Haul #Juillet2017 | Amita A Aimé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s