5 bonnes raisons de lire … Geisha

5 bonnes raisons de lire …

Geisha d’Arthur Golden

geisha-002

Ce genre d’article est nouveau et sera plutôt rare, c’est une façon de donner mon avis sans forcement faire de critique, j’essaie, on verra si le style vous plaît et marche, évidemment je continuerai à rédiger des critiques sous la formes plus conventionnelles.

De plus, j’ai trouvé que ce livre ne méritait pas de critiques mais plutôt d’être introduit sur le blog de la manière suivante.

ATTENTION : Si le sujet vous intéresse vraiment je vous conseille de lire des témoignages authentiques, certes ce livre est beau et documenté, mais on sent une légère approche occidentale et un récit un peu trop romanesque.

ATTENTION 2 : LES GEISHAS NE SONT PAS DES PROSTITUÉES !

Avant de commencer, je souhaite mettre ceci au clair: elles doivent divertir les hommes : servir le thé, le saké, danser, jouer de la musique, se parer et avoir de la conversation.

On distingue les Geishas des prostituées grâce à leur obi notamment (disons que c’est la différence majeure), cet énorme nœud, les Geishas se le font nouer derrière par un habilleur, chaque matin ; les prostituées le nouent devant pour plus de simplicité et de rapidité.

En fait, les Geishas sont plutôt considéré comme le summum du raffinement.

  1. Le cadre spatio-temporel

images

Le roman, qui se présente sous la forme de mémoire, se déroule dans le Japon des années 1930 à 1950. On y découvre alors le mode de vie et la culture japonaise avant l’occidentalisation dû à la seconde guerre mondiale.

L’auteur dépeint le cadre avec beaucoup de poésie et de tendresse, lorsqu’on lit ses lignes, on s’y voit, entouré de cerisiers en fleurs au bord de la rivière Shirakawa, avec toutes ces couleurs vives et cette gaieté !

Mais il ne faut pas oublier une chose : c’est un regard occidental ! On y voit le Japon de façon assez lointaine, comme un simple rêve, et on ne se rend compte que partiellement des côtés moins beaux, rappelons que la période qui s’étend de la crise de 1929 aux bombes Hiroshima et de Nagasaki est surnommée « la vallée des ténèbres » (oui, les japonais souffrent avec tant de poésie !)

Le cadre reste très beau, avec une ambiance japonaise très bien dépeinte, on se rend compte aisément de leur mode de vie et de leur culture.

kyoto_gion_at_night_0701

Quartier de Gion, Kyoto

 

C’est tout de même assez déroutant de s’immerger durant 600 pages dans une culture si différente de la notre, personnellement j’ai eu l’impression d’être dans un monde lointain et rêvé tant la différente était grande. Il est assez dur et étrange de s’imaginer que des gens puissent vivre si différemment de nous et vivre bien.

En lisant ce livre, j’ai vraiment trouvé ça dommage qu’on occidentalise le Japon quitte à perdre certaines de ses (très) belles facettes.

 

  1. La documentation sur les Geishas

6d906b72-42b6-4f0b-baa1-25aa80d2bd47

Bien que le récit soit fictif et écrit par un américain, on y trouve énormément de documentation, l’auteur s’est beaucoup interrogé sur le période et la culture, il a notamment interviewé des personnes concernées et fait relire son manuscrit.

On y apprend donc beaucoup de choses sur les Geishas mais aussi sur tout ce qui les entoure.

Alors, évidemment, il existe des mémoires d’anciennes geishas, à lire aussi si le sujet vous intéresse vraiment, personnellement j’ai complété ma lecture avec des documentaires et des articles.

Mais même si ce livre est moins complet qu’un autre écrit par une vraie Geisha, ou du moins une personne totalement immergée dans le monde des geisha, il n’en reste pas moins un très bon livre, très documenté, très intelligente et intéressant !

C’est d’ailleurs même fascinant qu’un américain ait réussi à s’immerger autant et garder un semblant de point de vue neutre (en effet, c’est plus ou moins impossible, surtout lorsqu’on évoque la Seconde Guerre Mondiale) mais le roman semble presque totalement objectif.

 

Tama_okiya.jpg

Une okiya = maison de plaisir (là où les Geisha vivent)

Alors certains diront que le livre n’en dit pas assez, qu’il a un point de vue trop occidental et cetera, mais personnellement j’ai trouvé que le livre était assez complet, pour en savoir plus ou avoir plus de détails il suffit de faire des recherches à côté, de plus, j’ai trouvé que le point de vue occidental offrait un regard extérieur et cependant très documenté.

Il est toutefois intéressant de lire un récit « subjectif » d’une personne qui évoque sa vie, sa culture avec sa façon de voir les choses, la confrontation des points de vu peut être intéressante. 

 

  1. Le récit émouvant d’une petite fille de pêcheur

Bien que le récit se présente sous forme de mémoire, c’est avant tout un roman, certaines personnes diront que c’était trop romanesque, mais n’oublions pas que le livre est un roman pas un documentaire.

Bien que j’ai trouvé la fin beaucoup trop enjolivée et romanesque par rapport à tout le reste.

kyoto1

L’histoire de cette petite fille de pêcheur qui se fait vendre à une maison de plaisir une okiya) est tout de même très touchante !

On est confronté à des sujets un peu tabous, tels que la vente d’enfants et al prostitution, certes ces sujets ne sont que vaguement et assez rapidement évoqués, mais juste assez pour nous faire réfléchir.

geisha

De plus, on constate l’évolution de personnage principale, de ses 9 ans jusqu’à presque 30 ans, c’est très émouvant et on remarque que son regard sur le monde évolue beaucoup, c’est impressionnant la façon dont l’auteur a réussi à nous faire ressentir tant d’émotions à travers les yeux de cette jeune fille, et à travers son regard qui change et grandit.

 

  1. Un nouveau regard sur la Seconde Guerre Mondiale

nag2

A l’école, on nous apprend comment ont débuté la Première et Seconde Guerre Mondiale et les conséquences qu’ont eu ces deux guerres en occident, parfois on parle aussi de l’impact de ces guerres sur le proche et le moyen Orient, mais jamais en cours je n’ai étudié la Seconde Guerre Mondiale du côté japonais.

Ce livre nous offre une vision nouvelle avec plus que deux dates et deux bombes à retenir. Il ne va évidemment pas dans les détails, ce n’est pas le sujet, mais il y a une bonne centaine de pages où le récit a pour fond la Seconde Guerre Mondiale, avec les restrictions, les bombardements, les peurs des japonais sur « l’envahisseur américains » et l’occupation.

A l’école on nous dit vaguement que les japonais ont envahi la Chine et cetera, on nous les dépeint comme les « méchants » que les américains ont du stopper pour rétablir la justice mondiale, dans ce livre, on comprend qu’aux yeux des japonais, les américains étaient les méchants, qui allaient les piller, les violer et les bombarder.

Il n’est pas question de prendre parti, mais juste de prendre en considération le point de vue des autres, un point de vue qui n’est pas occidental.

CAN84_nucleaire_hiroshima_survivors

En parlant de point de vue occidental, ce livre met en lumière le fait qu’après la guerre, le Japon a subi de grands changements, quitte à perdre de belles facettes de sa cultures et de ses coutumes (notamment les Geishas qui sont en tarin de disparaître, heureusement certaines jeunes filles veulent respecter et faire vivre les traditions aussi longtemps que possible)

Quelque part, la modernisation, c’est bien, ais c’est dommage de devoir effacer une partie de ce qui fait l’individualité du pays pour en arriver là, c’est dommage de perdre certaines choses qui faisaient la culture, la beauté et le lyrisme du pays.

Alors on peut se demander : Faut-il se moderniser et s’uniformiser, quitte à perdre sa culture propre ?

Non évidemment, et Lévi-Strauss vous le dira, trop de progrès, tue le progrès (et surtout le culture)

 

  1. La poésie et le lyrisme japonais
sakura

Les cerisiers en fleur

Et enfin, la dernière raison de lire ce livre, c’est le lyrisme nimbé de magie qui traverse le Japon.

Avez-vous déjà vu un anime ou lu un manga ? Vous êtes vous déjà intéressé à la culture japonaise ? Vous avez donc déjà du ressentir cette magie, cette poésie aussi légère et aussi douce qu’un pétale de fleur de cerisier qui glisse sur une rivière ?

La première fois que je me suis plongée dans l’univers japonais j’ai été un peu surprise, c’est une culture assez étrange, belle, magique et poétique, mais aussi mystérieuse par certains aspects, mais aujourd’hui, à chaque fois que je m’y replonge, c’est comme le plus beau des rêves !

Japanese_Tea_House_by_AndySerrano

Maison de thé japonaise

Et je trouve que l’auteur a très bien su faire transparaître cette douceur, cette magie et cette sensibilité lyrique.

De plus, c’est toute leur culture qui baigne dans la poésie, de la cérémonie du thé jusqu’aux cerisiers en fleur en passant par les croyances et les légendes (et encore, je ne fait qu’effleurer le sujet)

1374594702-the-630

Nécessaire à thé

 

Enfin, vous l’aurez compris : ce livre n’est pas le meilleur documentaire sur les Geishas, mais il est très intelligent, intéressant et vraiment bien documenté, de plus, bien que le romanesque ne plaise pas à tous apparemment, l’auteur a indéniablement un latent pour raconter les histoire avec douceur et poésie, en nous immergeant dans un monde et une culture magnifique !

 

geisha gion

Montage  d’Amita

 

Amita

 

N’hésitez pas à me dire si vous aimez ce genre d’articles !

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose dire, ou juste par amour pour les mots. Je suis plutôt heureuse mais j'ai du mal à vivre, comme si je ne comprenais pas toujours la vie telle qu'il faut la vivre dans notre société actuelle. La lecture et l'écriture m'offrent alors deux échappatoires parfaites à ce monde, cette époque, et je me sens revivre.
Cet article, publié dans 5 bonnes raisons de lire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s