La Voleuse de Livres – Markus Zusak

21060774_20131125172423153

 

Dans un petit village allemand durant la Seconde Guerre Mondiale, vit Liesel Memimger, une jeune fille qui va apprendre à lire, écrire, aimer, être heureuse et souffrir aussi. Elle va connaitre le pouvoir des mots, le détester, et l’utiliser.

Entre rencontres, amour, amitié et bombes, vit Liesel.

Ma note : 17.5/20

L’histoire se passe donc dans un village d’Allemagne, et donc le texte est bourré de mots et d’expressions allemandes que je ne comprends pas et les traductions ne sont pas toujours fournies…

Les noms de villes et des habitants sont imprononçables mais j’ai fait avec le cadre et j’ai apprécié la beauté du paysage et les descriptions juvéniles d’un endroit devenu chaleureux.

Le rapport avec le titre est assez simple, dans le sens où la petite Liesel, protagoniste, vole tout simplement des livres et se fait appeler ainsi, c’est donc un joli roman éponyme que nous avons là.

Quand aux titres des dix parties, je ne vous dis rien, et vous laisse découvrir, mais ce que j’ai préféré à la fin de ma lecture, ce fut de comprendre leur signification, dans le roman comme pour Liesel.

J’ai commencé ce livre d’une 500aine de page environ, dans une période où je ne lisais plus beaucoup, en réalité je me suis mise à réviser et à travailler une bonne fois pour toute et le temps de lecture se fait rare, il est extraordinaire que je puisse lire trois chapitres par jour, quand on sait que j’en lisais plus du triple par jour avant.

Et lorsque ce n’est pas les révisions, c’est que je passe du temps avec mon copain, ce qui est, avouons-le, loin d’être une corvée !

Si bien que le livre n’en finissait pas et finissait surtout par m’agacer !

Un jour où je n’avais rien à faire, ni devoirs, ni copain à aller voir, je me suis mis en tête de finir ce livre, il me restait 40 chapitres, c’était faisable.

Et je ne sais pas si c’est parce que je m’étais réellement mise dans l’ambiance et dans le livre ou parce que les derniers chapitres étaient purement et simplement les meilleurs mais j’eus une toute autre opinion du livre.

Je fus émue, je ris, je souris, je voulais savoir la suite et mieux comprendre et même, je me mis à pleurer !

Ce n’est pas que l’histoire d’une jeune fille qui vient vivre dans un pauvre petit village allemand dans une famille d’accueil, ce n’est pas que l’histoire d’une petite allemande qui a appris à lire et aimait ça mais n’en avait pas les moyen. C’est un récit historique.

Et si les premiers chapitres ne rendent pas forcement bien compte de l’aspect historique, ni de l’horreur du nazisme ou de la guerre, les chapitres suivants le font bien assez.

Et même si on sait que ça a existé, que c’était réel, en lisant ça, on se prend une réelle claque en pleine figure, un coup de fouet, un « T’es vivant ! T’es en bonne santé ! T’es humain ! De quoi tu te plains ? »

Ca a existé et c’était réel et bien qu’on le sache, le lire et le comprendre le rend encore plus vrai.

Ce qui est dingue, c’est que l’auteur de ce livre n’a pas connu cela mais le raconte avec talent.

Enfin, pour terminer sur l’histoire même, la beauté des sentiments qui y naissent et des liens qui se créent m’a émue, m’a même fait pleurer.

Ca m’a tué.

La beauté et l’intensité avec lesquelles les personnages se rencontrent, s’aiment, souffrent, c’est poignant !

En parlant des personnages, ils sont humains et intéressants dans le sens où même les méchants on l’air gentil, et les acerbes personnages deviennent attachants (sauf Hitler et les membres du parti nazis, évidemment)

Liesel a une force et un courage incroyable, c’est un personnage, ainsi que son meilleur ami, qu’on voit réellement évoluer au cours du roman, et c’est attachant de voir ce qu’elle traverse et d’assister aux vies qu’elle croise.

Aucun personnage n’est mon préféré, étant tous particulièrement particuliers et intéressants, je ne saurai en faire sortir un du lot.

Un autre personnage très important et vraiment intéressant, la narratrice : la Mort.

Etonnant. Innovant. Incroyable. C’est du génie !

Je n’ai pas encore lu tous les livres qui peuplent les étagères du monde, sans doute un esprit y a-t-il déjà pensé, mais personnellement je ne l’avais jamais lu.

Jamais la Mort ne m’avait raconté une histoire.

C’est beau, c’est doux malgré tout et, aussi surprenant que cela puisse paraitre, c’est humain.

Le style, quant à lui, est simple, mais est largement rattrapé par tout le reste que je viens gentiment de commenter.

Le texte passe inaperçu, l’histoire est bien racontée, mais certaines phrases sortent du lot, des métaphores qui éclairent les pages par leur beauté, des phrases qui sonnent vraies, des mots qu’on veut retenir…

Le livre s’en tire avec un très bon bilan, beaucoup de larmes versées et énormément d’affection pour Liesel.

Je ne regrette pas cette lecture, la seule chose que je regrette, c’est le temps perdu sans lire.

Je vous le conseil, c’est un livre qui apporte des couleurs et des sentiments.

 

Amita

 


 

Pour l’acheter

Amazon

Fnac

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose dire, ou juste par amour pour les mots. Je suis plutôt heureuse mais j'ai du mal à vivre, comme si je ne comprenais pas toujours la vie telle qu'il faut la vivre dans notre société actuelle. La lecture et l'écriture m'offrent alors deux échappatoires parfaites à ce monde, cette époque, et je me sens revivre.
Cet article, publié dans Amita A Aimé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s