Le Voleur d’Ombres

C’est une rédaction que j’ai écrit pour mon cours de français en 2011, ça date mais je suis assez fière de ce petit texte, je pense qu’aujourd’hui je pourrai le retravailler et l’approfondir, mais pour le moment, le voici.


grell

 

En 1910, Londres est en proie à de terribles crimes, le coupable est appelé « Le Nouveau Jack L’Eventreur ». Le gouvernement a rassemblé toutes les forces de l’ordres d’Angleterre mais personne n’avait jamais vu ce criminel.
Personne jusqu’à ce soir.

L’inspecteur Barries rentrait d’une soirée, il se dirigeait vers Soho lorsqu’un cri perçant déchira la nuit. Son sang ne fit qu’un tour, il courut vers la victime et aperçut, au coin d’une ruelle mal éclairée celui dont tout le monde parlait. L’homme, une créature sans scrupules, portait un long manteau noir taché de sang, ses yeux, deux billes injectées de sang, brillaient d’une lueur malsaine et son large sourire ne présageait rien de bon.
A terre, une femme aux habits déchirés hurlait de douleur, son petit corps était secoué de spasmes et elle baignait dans son propre sang.
Le psychopathe, un couteau à la main, se tourna vers l’inspecteur effaré et lui fit son sourire le plus démoniaque puis se retourna vers la pauvre agonisante.

– Plus un geste ! cria l’inspecteur en pointant son arme à feu sur l’agresseur.
– Vous ne pouvez plus rien pour elle !

Son rire grave résonna tristement puis se perdit en échos sinistres dans la nuit d’octobre.

-Suivez-moi, ordonna Mr Barries légèrement tremblant.

– Jamais ! cria le fou d’une voix de dément.
Puis il resserra son emprise autour du couteau dont il s’était servit quelques minutes auparavant et se l’enfonça dans la poitrine.
L’inspecteur n’en revenait pas. Le corps s’affala lourdement en un bruit sourd.

C’était une fin bien cocasse pour un meurtrier psychédélique.
Désormais, tout ce qu’il restait de ce personnages étranges dont tous les médias avaient paré, celui qui avait fait frissonné l’Angleterre, celui qui avait remplacé, en quelques meurtres Jack l’Eventreur, était un petit morceau de papier froissé sur lequel on pouvait lire « Vous n’avez pas finit d’entendre parlez du voleur d’ombre « 

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose dire, ou juste par amour pour les mots. Je suis plutôt heureuse mais j'ai du mal à vivre, comme si je ne comprenais pas toujours la vie telle qu'il faut la vivre dans notre société actuelle. La lecture et l'écriture m'offrent alors deux échappatoires parfaites à ce monde, cette époque, et je me sens revivre.
Cet article, publié dans Amita A Ecrit, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s