Chère Anna,

artsy-couple-cute-kiss-Favim.com-1730064

 

Chère Anna,

Je n’ai jamais osé te dire tout ce que j’aurais voulu te dire, tout ce que j’aurais dû te dire.

La vérité, c’est que j’avais peur, je fais le dur, je fais le fort, je joue l’homme que rien n’atteint, mais je te jure que sans toi, je ne suis rien.

Je n’ai jamais osé te regarder dans les yeux, j’avais bien trop peur de m’y noyer.

Anna, je suis tellement désolé, excuse moi d’être un pauvre type, pardonne moi de ne pas être à la hauteur.

Tu mérite beaucoup mieux.

Anna, tu vas tellement me manquer !

Tes yeux pétillant vont me manquer, ton rire cristallin va me manquer, ton odeur sucré va me manquer.

Pour tout te dire Anna, je suis sûr que tu trouveras un chic type, quelqu’un qui te mérite, tu es une fille bien, tu es belle, passionnée, drôle, très cultivée, intéressante et intéressée, et tu es si gentille.

Oui, tu seras heureuse, mariée à un homme qui ne te fera jamais de mal, je le sais.

Et le pire, ce qui me tue, c’est que cet homme, ce ne sera pas moi.

Parce que ma chère Anna, je ne te rendrai jamais heureuse, je suis un raté, jamais je ne saurai m’occuper d’une femme comme toi.

Parfois, quand tu ne me regardais pas, je t’observais, je scrutais le moindre de tes gestes, et bien que ça fasse un peu pervers, ça ne l’était pas.

Je t’en prie ne m’oublie pas, c’est tout ce que je te demande. Ne nous oublie pas.

Après tout, je le sais, tu m’as aimé, Anna, et on n’oublie pas un homme que l’on a tant aimé.

Je n’ai jamais osé te dire que tu me rendais heureux.

Et je rêvais de te rendre aussi heureuse, si tu savais !

Parce qu’être un homme, ce n’est pas seulement être beau, fort, c’est aussi savoir faire rire une femme, la faire sourire, la rendre plus belle rien qu’en le lui disant, la protéger, l’aimer.

Mais le problème, c’est que je n’ai jamais su faire la dernière chose.

A vrai dire, je n’en avais jamais eu besoin.

Tu me connais Anna, je suis comme ça, tu me disais toujours que j’avais peu d’attaches, que je courrais après toutes les jolies filles.

Il n’y a qu’une personne à qui je tienne réellement, c’est toi. C’est toi, qui me ramène sur Terre, qui me rattache à ce monde de fou, qui me permet de vivre.

C’est avec toi que je me sens le mieux, avec toi je respire, je suis vivant.

J’en ai assez de courir, je veux m’arrêter, pas une simple pause, non, la fin. Je n’en peux plus.

Je suis tellement bien à tes côtés.

Je n’ai jamais osé te l’avouer, en fait, je crois bien que je n’ai jamais dit ça à personne, mais, Anna, j’éprouve bien trop de choses en même temps, et c’est beaucoup trop dur à gérer.

Je n’y arriverai pas. Je n’y arrive pas.

Je me sens enfermé, submergé, je suffoque.

Aide-moi, je t’en prie.

J’ai si peur.

Anna, la vérité, c’est que je suis amoureux de toi.

Je veux vivre et mourir à tes côtés.

Sincèrement,

Pierre.

 

Amita

Publicités

A propos Amita

Étudiante en lettres modernes, je souhaite travailler dans le monde du livre ! Jeune rêveuse, j'adore lire et m'évader entre deux pages jaunies, il m’arrive aussi d'écrire quand j'ai quelque à chose dire, ou juste par amour pour les mots. Je suis plutôt heureuse mais j'ai du mal à vivre, comme si je ne comprenais pas toujours la vie telle qu'il faut la vivre dans notre société actuelle. La lecture et l'écriture m'offrent alors deux échappatoires parfaites à ce monde, cette époque, et je me sens revivre.
Cet article, publié dans Amita A Ecrit, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s