Nos années sauvages – Karen Joy Fawler

couv42931764

 

Résumé : Il était une fois deux soeurs, un frère et leurs parents qui vivaient heureux tous ensemble. Rosemary était une petite fille très bavarde, si bavarde que ses parents lui disaient de commencer au milieu lorsqu’elle racontait une histoire. Puis sa soeur disparut. Et son frère partit. Alors, elle cessa de parler… jusqu’à aujourd’hui. C’est l’histoire de cette famille hors normes que Rosemary va vous conter

 

Note :  ★★★

 

Au début, on est plongé dans une histoire contemporaine, assez simple. Une petite famille américaine typique, semble-t-il. Mais très vite on apprend à les connaître. Toujours assez modestement, on lit cette histoire, un peu simple, un peu gentille. Il se peut même qu’on s’ennuie.

Et là, ça arrive, sans prévenir. Alors à ce moment on redécouvre le livre. Sacré coup de maître que ce retournement, que cette bombe lâchée en plein livre. Alors, le livre prend un nouveau tournant, s’ouvre sur de nouvelles perspectives. Et on en apprend toujours plus sur le sujet.

Je ne veux pas vous en dire trop de peur de gâcher la surprise, mais ça me semble difficile de vous dire pourquoi j’ai apprécie ce livre si je ne vous parle pas un petit peu du sujet.

Je ne m’attarderai pas sur les personnages, l’écriture, etc. Il y a bien assez à dire sur le reste.

Le côté introspectif de l’héroïne m’a cependant assez plu et j’ai trouvé ses réflexions sur la sciences, la psychologie et sur elle-même très intéressantes.

Les autres personnages sont un peu moins approfondis, mais au fond ce n’est pas nécessaire.

Le centre de l’histoire, c’est la cause animale. Et ça m’a vraiment plu.

Au début, je m’ennuyais un peu, mais une fois le sujet amené par le frère de notre héroïne, on en apprend énormément sur les expériences faites sur des animaux ou le traitement qu’ils subissent lors de tournage de films, de pubs…

Rien que pour ça, rien que pour les animaux, vous devriez lire ce livre.

Il ne fend pas le cœur, il n’est pas dur, puissant, profond. Il est humain et juste et c’est déjà plus que ce qu’on en attendait.

Il nous amène là où nous ne pensions pas mettre les pieds, mais pour ma part, j’ai préféré aller là-bas que là où je pensais aller.

J’adore les livres qui nous ouvre à une cause, et l’une de mes causes préférées, en dehors des handicapés et de leur intégration, c’est la sauvegarde voire la libération des animaux.

Et ce livre m’a ouvert les yeux sur beaucoup de points et m’a appris bon nombre de choses très intéressantes.

Il nous apprend aussi qu’il n’est pas nécessaire d’aller d’une extrême à l’autre, on peut être juste. On peut marquer les esprits, donner un coup de pouce ou changer les choses sans tout casser. Il y a un juste milieu et il peut aider, il peut servir les bonnes causes.

Mais la première chose à faire, c’est se demander quel a été, quel est et quel sera notre rôle.

 

« Tout le monde pense à changer le monde mais personne ne pense à changer »

– Léon Tolstoï

Amita

Publicités
Publié dans Amita A Aimé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Jamais Plus – Colleen Hoover

Hé !

Oui, ça faisait longtemps mais me voici avec une nouvelle critique ! Et pas des moindre ! Mais c’est un genre dont je n’ai pas l’habitude : la new romance. 

51Um9S4mKcL._SX195_

Résumé : Lily n’a pas toujours eu la vie facile mais ça ne l’a pas empêché de travailler dur pour la vie qu’elle veut. Elle a fait un long chemin depuis la ville du Maine où elle a grandi. Diplômée du lycée, elle a déménagé à Boston et a commencé son propre business. Alors quand elle ressent quelque chose pour le charmant neurochirurgien Ryle Kincaid, tout dans la vie de Lily semble presque trop beau pour être vrai.

 

Note :  ★★★★

 

Ce livre m’a emmené là où je ne pensais pas aller.

Dans un premier temps, comme tous les Colleen Hoover, ce livre est très addictif. Je l’ai lu en moins de deux jours et je n’arrivais pas à arrêter de lire tant que je n’avais pas terminé. On en oublie presque sa propre vie, tellement ce livre nous paraît doux, tendre, beau.

Mais l’intrigue nous surprend, nous emmène là où nous ne pensions pas aller. Tout est beau, doux et tendre, tout est amour et bonheur. Mais c’en est presque trop beau pour être vrai.

Et puis, on revient à sa propre vie, on se demande ce que nous, nous aurions fait, comment nous aurions réagi. Nous nous demandons dans une sorte d’introspection, ce qui s’en approche ou non, quels auraient été nos sentiments…

On ne peut qu’être profondément touché par ce livre. D’abord, par une tendre histoire d’amour, mais aussi d’amitié et de fraternité. Par tout ce que la vie a de beau à nous offrir en fait. Puis arrivent les sensations fortes : des joies immenses mais aussi des peines terribles. On a le cœur en miettes, on dirait un roman bipolaire.

Et puis une fin qui nous retourne la cœur. Surprise, bonheur, tristesse : tout cela à la fois. Et c’est ce qui en fait une fin terrible et brillante à la fois.

Ce livre nous prend réellement par le cœur. On vit exactement les mêmes sentiments que la protagoniste, Lily. On est confronté aux mêmes émotions et notre cœur fait les mêmes bonds que le sien. C’est cette façon d’écrire qui est très prenante, Colleen Hoover nous transporte dans l’esprit et le cœur de son héroïne et l’histoire n’en devient que plus bouleversante, car nous aussi, nous tombons amoureuse, nous doutons, nous pleurons, nous rions.

Évidemment, ce n’est pas parfait, ce livre nous fait passer un excellent moment, c’est certain. Mais il n’en demeure pas moins fragile du point de vue textuel. Certaines phrases ou tournures sont un peu trop scolaires ou banales. Après, je vous l’accorde, ce n’est pas du tout ce qu’on lui demande, d’être un chef-d’œuvre littéraire.

Ensuite, il y a beaucoup de clichés et d’attendus ce qui peut paraître dommage, mais parfois, le cliché, c’est ce qu’on aime, et c’est ce dont on a besoin.

J’aimerai faire une petite comparaison avec Ugly Love, de la même autrice, lu il y a peu.

Dans un sens, j’ai préféré Ugly Love, car on avait tout ce dont on avait besoin, sans trop de surprise avec cependant une tension assez forte et prenante. La tension amoureuse était présente aussi, dure et agréable à la fois : on voulait de l’amour, on l’attendait.

Cependant, les deux sont très bons mais avec Ugly Love on a le sentiment de moins souffrir à la fin.

Alors que Jamais Plus est beau et terrible à la fois, mais son gros point positif c’est qu’il a su m’apporter la fin que je voulais, dont j’avais besoin. Je voulais cette fin, et en même temps, je ne la voulais pas. Je l’attendais et en même temps j’espérais autre chose.

Et ce dernier a une sensibilité en plus, une intimé particulière. Ce rapport à l’autrice et à son histoire nous apporte une dimension supplémentaire qui donne plus de réalisme au récit. Lorsqu’on lit la note de l’auteur après notre lecture, nous n’en sommes que davantage bouleversé.

En bref, les deux sont très bons : addictifs, prenants, durs mais terriblement beaux. Jamais Plus est peut-être plus dur mais c’est son côté réaliste qui le rend aussi plus fort. Et sa fin est vraiment brillante.

 

 

Amita

Publié dans Amita A Aimé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

La bibliothèque des Serpentard

Bonjour

 

tumblr_static_tumblr_static_4dr6hqfqhh4wg0s4gc0cs0o84_640

Suite à un blocus de ma faculté, j’ai plein de temps devant moi et j’aimerai en profiter pour vous en consacrer un peu. Pour parler franchement, ça me rend triste et ça m’inquiète beaucoup car les examens approchent et nous n’avons plus cours (en espérant que les examens soient maintenus…) Mais passons à quelque chose de plus joyeux !

Amis Potterhead bonjour ! Sans doute le savez-vous mais ma maison est Serpentard (la deuxième que je porte dans mon cœur depuis quelques années mais de façon moindre étant serdaigle) et, en m’inspirant d’un genre de vidéos assez populaires en ce moment, je vous propose la bibliothèque d’un parfait petit serpentard ! 

Vous finirez à Serpentard
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.

Rappelons que les Serpy sont malins et ambitieux. Avec cela, attelons-nous à choisir les livres de leur bibliothèque !

 

  • Une flamme dans la nuit – Sabaa Tahir

CVT_UNE-BRAISE-SOUS-LA-CENDRE-T01_3721

Ce livre de fantasy YA est une pure merveille. on a du mal à décrocher et les personnages, forts et ambitieux, nous donnent envie d’avancer. Il remplit les critères de cette maison car il transpire l’ambition et la volonté. On y sent la force, la puissance de réussir. Lorsqu’on le lit, on se sent fort et prêt à tout affronter.

 

  • Six of crows – Leigh Bardugo

    51C599G+V+L._SX195_

Encore de la fantasy. Ce livre trace l’histoire de six bandits dans une ville rongée par le crime. On va apprendre à connaître ces bandits, leur passé, leur identité, leur intentions. Ce livre est parfait pour cette maison car, sous un masque dur, sous couvert de méchanceté, il cache beaucoup de profondeur et de sentiments. Il montre l’ambition de jeunes qu’on a mal jugés, il est plein de ruses et de malices, d’arnaques et de coups fourrés. Mais il nous rappelle qu’il n’y a personne qui soit entièrement bon ou entièrement mauvais.

 

  • Le vieil homme et la mer – Ernest Hemingway

8135PHCWIXL

Bon, en toute franchise j’ai un peu de mal avec la plume de cet auteur. Mais il faut bien avouer que ce livre colle parfaitement à cette maison pour l’ambition et la volonté qu’on y sent. Ce pauvre vieux pêcheur ne lâche à aucun prix sa prise, peu importe ce qu’il lui en coûte. Il montre une détermination, une volonté d’acier. Et ça, je trouve que c’est un bon exemple. Mais ça montre aussi que parfois, l’ambition peut mener trop loin, le désir de réussir peut causer notre perte.

 

  • Le château de verre – Jeannette Walls

Le-chateau-de-verre

L’un de mes coups de cœur de cette année, et un des plus beaux et des plus durs livres que j’aie lus. Il nous apprend à rêver et à tout faire pour réussir. Il nous aide à comprendre qu’il nous faut nous échapper de ce qui nous fait du mal et ce même si c’est difficile, il faut avoir la force, la volonté, l’ambition de s’échapper pour vivre mieux. Peu importe la voie qu’on se choisit. Il est la face sensible des serpentard, celle qui ne veut pas faire de mal mais qui se retrouve prise au piège dans les stéréotypes, dans les cases, dans les jugements.

 

  • La nuit des enfants rois – Bernard Lentéric

la-nuit-des-enfants-rois-199923-264-432

Encore un livre dur. Terrible. Fort. Un livre qui montre la rage, l’ambition d’être toujours plus fort, toujours meilleur. La volonté de montrer aux autres qu’ils ont tort, qu’on est quelqu’un de bien, qu’on mérite de bonnes choses, de montrer aux autres qu’on existe et qu’on vaut quelque chose. La volonté de surpasser pour mieux se venger. Prouver qu’ils ont perdu et qu’on les a eus. Car même s’ils nous ont fait du mal, on se relèvera et on leur montrera.

Voilà, c’est déjà terminé, c’était compliqué de trouver des livres qui colle aux Serpentards et j’avoue avoir plus joué sur le côté incompris de cette maison. Tout le monde les prend tous pour des gens vraiment méchants qui vont mal finir mais ce n’est pas vrai et j’ai voulu appuyer sur ce point.

En tout cas c’était très chouette et j’ai très envie de le refaire !

 

Amita

Publié dans Recommandations | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

[PAL] Pile à lire #Avril2018

Bonjour

 

 

Désolée en ce moment je ne suis pas constante…. J’ai un peu de mal à tout gérer en ce moment…. Je vous retrouve donc avec ma PAL de ce mois-ci

Fleur, Rouge, Nature

  • L’inimitable Jeeves de P.G. Wodehouse : il traîne dans ma PAL depuis novembre dernier. De plus, c’est une lecture humour assez tranquille, ça va me faire du bien.
  • Nos années sauvages de Karen J. Fowler : Acheté à Livre Paris, il me donne très envie et je en désire pas le laisser traîner dans la PAL.
  • The girls de Emma Cline : Idem, acheté à Livre Paris, j’ai envie de le lire au plus vite. Si il reste trop longtemps dans la PAL je ne le lirai jamais et ça n’a pas d’intérêt de l’acheter pour le laisser prendre la poussière, pas vrai ?
  • Promenade au phare de Virginia Woolf : Oui, je sais, ça fait trois mois au moins qu’il est dans ma PAL du mois et je ne l’ai toujours pas lu….
  • Trois soeurcières (Les annales du Disque-Monde 6) de Terry Pratchett : Dernier roman de Livre Paris, offert par mon papa. On continue à se plonger dans cet univers aussi magique que loufoque !
  • Hunger Games (Catching Fire) de Suzanne Collins : en anglais cette fois ! J’ai trop hâte de le commencer en VO mais il me fait un peu peur….
  • Le port des marins perdus : Oui, je sais, j’avais dit que je lirai cette BD bien avant…. Honte sur moi.

 

Amita

Publié dans PAL | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

5 bonnes raisons de lire Certaines n’avaient jamais vu la mer

5 bonnes raisons de lire…

… Certaines n’avaient jamais vu la mer

Julie Otsuka

 

CVT_Certaines-navaient-jamais-vu-la-mer_1721

 

 

Bonjour !

Je tenais d’abord à m’excuser car j’ai été assez peu présente ce moi-ci. J’ai eu beaucoup de contrôles et un concours d’orthographe à préparer (ça s’est très bien passé d’ailleurs!) du coup j’ai assez peu lu et assez peu eu le temps d’écrire. En plus je dois rédiger une nouvelle de 6 pages pour mon cours d’écriture créative.

D’ailleurs je voulais vous faire un haul livres en anglais et un haul de mon salon Livre Paris mais les haul ce n’est vraiment plus mon truc, je n’éprouve plus de plaisir à les rédiger. Je préfère vous parler de ces livres une fois lus ce qui a plus d’impact et de pertinence.

Justement, le livre dont je vais vous parler a été acheté au salon et lu aussitôt. Je vais donc vous donner 5 bonnes raisons de le lire ! Attention, il faut toutefois nuancer mon propos, ce n’est pas parce que je ne donne que des bonnes raisons, que c’est un top absolu.

 

I – Il est très court 

C’est une raison qui peut paraître toute bête, mais il ne fait qu’une petite centaine de pages. Et lire un livre si intense et puissant en si peu de pages, c’est assez agréable. Et ça peut en motiver plus d’un.

Pour résumer rapidement, on est en 1919 et on accompagne le destin de beaucoup de Japonaises qui prennent le bateau vers l’Amérique pour vivre auprès de leur tout nouveau mari encore jamais rencontré. Pleines de rêves, de doutes, elles arrivent dans un pays dont elles ne parlent pas la langue, dont elles ne connaissent pas les coutumes, avec un mari qu’elles n’ont encore jamais vu….

 

II – Le style est très agréable

Le récit (qui est plus une succession d’essais sur un sujet type « les enfants » ou « la naissance » ou « la première nui ») est raconté à la première personne du pluriel, ce qui donne beaucoup d’impact, de force au récit. De plus, la succession d’exemples, comme les vies qui se succèdent donnent beaucoup de poids à ce qui est dit. Ce livre est parfois très dur car ce qui est écrit est tantôt doux tantôt horrible mais plus souvent bien triste et injuste.

Le tout reste raconté d’une manière tel que l’on ne peut que s’y accrocher et continuer.

 

III – En apprendre davantage sur la triste réalité des mariages arrangés au Japon 

C’est une triste réalité déjà rencontrée dans bien d’autres livres sur le Japon. Il y a des marieuses et on y choisit son (ou sa) futur(e) époux(se) à l’aide de photos et d’une petite description type CV. Certaines sont mariées très jeunes (très très jeune, parfois avant même d’avoir leurs premières règles) On les marie pour la dot, pour se débarrasser d’une fille inutile, pour « lui offrir une vie meilleure » (on se demande ce qui est pire finalement, entre sa misérable vie au Japon, dans les rizières ou sa dure existence aux USA dans l’entre-de-guerre)

Mais le pire reste à venir, car une fois arrivées aux USA, elles rencontrent des hommes qui ne ressemblent guère aux photos, qui ont parfois 20 ans de plus que sur le cliché, qui sont bien plus pauvres qu’ils ne l’écrivaient et qui avaient juste besoin d’une femme pour travailler aux champs et soulager leurs désirs d’homme.

 

IV – La triste condition des Japonaises vous fera frémir d’indignation

Que ce soit le fait d’être mariée de force et bien trop jeunes, de devoir supporter l’atroce et long voyage en bateau, le fait de devoir produire (plus que mettre au monde) des enfants, de travailler plus dur qu’un homme blanc américain. Que ce soit le fait de s’occuper et des champs, et du mari et des enfants, de supporter la maladie, cette culture et cette langue inconnue et diamétralement opposée à leur Japon natal. Que ce soit la xénophobie dont elles étaient l’objet ou les adultères et coups de leur mari….

Que ce soit ceci ou cela, la vie de ces femmes n’a pas été facile. Chaque chapitre traite d’un sujet en particulier avec tellement de force et d’intensité que c’en est parfois difficile.

Le pire je crois, a été ce si petit chapitre intitulé « La première nuit » On nous y raconte la rencontre avec le nouveau mari et la nuit de sexe qui a suivie. Le mari qui insiste, qui ne laisse pas de repos, qui fait mal. Celui qui, au contraire est soucieux, timide, presque apeuré. Celui qui en veut trop, celui qui frappe, le pervers narcissique, celui qui réalise qu’il n’est pas le premier….

C’est un chapitre à la fois très beau pour la manière dont c’est dit et très dur pour ce qui y est dit.

 

V – Apprendre ce qu’on ne vous a jamais dit à l’école

Eh oui, il y a tout un pan de l’histoire qu’on nous cache, ça s’est bien connu ! Notamment la version des perdants.

Dans ce court récit, on est confronté au sort que les Américains ont réservé aux Japonais durant la Seconde Guerre mondiale.

Au moment des premières attaques japonaises, les Américains ont commencé à emmener des Japonais, d’abord un par un, pour les déporter « dans les montagnes » selon les rumeurs « dans les champs de betteraves » selon d’autres.

Puis, durant la guerre, si un Japonais montrait un tant soit peu d’amour ou de nostalgie pour sa patrie natale, il était déporté. Et enfin, enfin est arrivée la déportation de masse : plus aucun Japonais ne devaient rester. Ils étaient des ennemis des USA. Tous.

On vous parlera des Juifs, de la Shoah, des camps en Russie, mais qui a étudié le triste sort des Japonais aux USA ? Qui connaît réellement l’Histoire ?

Plus on grandit, plus on lit, plus on découvre des horreurs et des secrets….

C’est assez incroyable qu’un si petit livre arrive à dire tout ça, à faire passer tous ces messages.

Finalement, il faut lire ce livre, pour la simple et bonne raison que parfois, lire la vérité, lire des choses dures et qui font mal, ça fait du bien. Comprendre et savoir. Ne pas être un simple témoin passif.

 

Amita

Publié dans 5 bonnes raisons de lire | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Readathon 24 mars 2018 [PAL]

 

Bonjour,

 

Je me suis décidée à faire le readathon organisé par TwoFaceLizzie, ce samedi. Je choisi un programme qui n’existe pas puisque je vais faire 8h : de 9 à 17h. Je voulais donc vous présenter vite fait ma PAL pour cette petite journée de lecture.

  • Terminer Eliza et ses monstres – Francesca Zappia : je n’aime pas trop lire d’un coup, après j’ai de grosses pannes qui durent des semaines, alors maintenant pour les marathons de lecture, je me fixe des plus petits objectifs, qui restent des challenges pour moi, mais qui sont réalisables. Et j’aime bien en profiter pour terminer des romans. J’ai donc commencé celui-là il y a peu et je vais en profiter pour le terminer !

CVT_Eliza-et-ses-monstres_2855

  • Lire au moins 1 chapitre d’HP 3 en VO : comme j’ai peu de temps pour lire en ce moment, j’ai du mal à avancer, alors que j’adore me plonger dans HP en VO, ça me réconforte et c’est comme un cocon, accessible en anglais en plus de ça. Donc je vais profiter du WE pour avancer.

harryp3

  • Avancer dans Good night stories for Rebel Girls 2 (en anglais, encore, vive l’anglais !) : je vais profiter du challenge pour bien m’immerger dans l’anglais.

51Hzy4Y-2nL._SX356_BO1,204,203,200_

  • Kushi et le lac sacré – Patrick Marty et Golo Zhao : petite BD trop mignonne pour faire une pause et histoire de ne pas laisser traîner les livres de Livre Paris.

Kushi-Fei

  • Médicis tome 4 – Olivier Peru : Idem, une petite BD du salon pour faire une pause et pour vider facilement la PAL. En plus ça fait 2 semaines que je meurs d’envie de replonger dans l’Italie des Médicis.

médicis

  • Et enfin, si j’ai le temps et l’envie, commencer Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka : toujours pour vider la PAL de Livre Paris assez vite, pas laisser traîner (ça ne sert à rien, d’acheter pour laisser traîner) et il est assez court donc je peux le commencer samedi et le finir dimanche.

CVT_Certaines-navaient-jamais-vu-la-mer_1721

 

On va essayer de s’y tenir et vous verrez dans l’update lecture si j’ai réussi ! Et vous, vous y participez ?

 

Au fait, quand vous lirez ceci, moi je serai à mon concours d’orthographe, le Certificat Voltaire, je vous tiens au courant des résultats !

 

Amita

Publié dans Challenge, défi, PAL | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

[PAL] Pile à lire #Mars 2018

Bonjour

tumblr_static_djptrlstifwwk40so0cg4sk80_1024

Voici ma PAL du mois de mars ! Je dois d’abord terminer ma PAL de février :

  • Dans les eaux du Grand Nord – Ian McGuire : Il me tente depuis sa sortie mais je suis un peu déçue en ce moment par les livres de chez 10/18. Mais bon, j’adore l’océan alors ça devrait le faire.
  • Le château de ma mère – Marcel Pagnol (oui je l’ai rajouté) : Reçu à mon anniversaire en juillet dernier, il est très court donc je me suis dit que j’avais autant à le lire tout de suite pour vider facilement la PAL
  • Promenade au phare – Virginia Woolf : Un classique à lire et en plus il y est fait mention d’un phare, j’adore !
  • Le grand marin – Catherine Poulain : Il me donne tellement envie ce livre ! Vive les marins, l’océan, les rêves !

Ensuite j’ai tiré 3 livres dans la Book Jar (spéciale PAL)

  • L’inimitable Jeeves – P. G. Wodehouse : Il paraît qu’il est très drôle !
  • Narnia – C. S. Lewis (J’en étais au tome 2) : Ils sont très courts alors je vais peut-être essayé d’en lire deux d’un coup.
  • Messenger – Lois Lowry (dans le box set du Passeur, sans suite entre chaque qui sont vraiment très différents les uns des autres. Je le lis en anglais et je vais essayer de lire un livre en anglais par mois.) : Il est très très court donc ça va le faire et puis j’ai vraiment très envie de lire des livres en anglais. D’ailleurs je vais passer une commande en anglais très bientôt pour avoir du stock en anglais et en lire un à deux par mois !

Et ensuite, Livre Paris ! Je lirai donc après les achats que j’y aurai effectués. Vous y allez ? Quel est votre programme ?

 

C’est déjà tout, j’espère que ça vous a plu !

 

 

Amita.

Publié dans PAL | Tagué , , , , | Laisser un commentaire